Joyce Carol OATES, Carthage

A propos de

De ce livre de 596 pages, je retiendrais surtout cent pages passées avec l’héroïne dans une prison américaine où l’Etat enferme dans le couloir de la mort et tue. Cent pages de fiction donc, mais où la virtuosité de l’auteur et la liberté de la fiction en font plus contre la peine de mort que tous les argumentaires. De ces cent pages, on sort à bout de souffle, étourdi, indigné et bouleversé, comme un miroir aux émotions. Joyce Carol Oates a dit « prendre du plaisir à enseigner, c’est ressentir », j’ai donc avec ce livre-là encore beaucoup appris. Il est passionnant, l’histoire est accrocheuse et le dénouement inattendu.

OATES, J. C., & SEBAN, C. (2015). Carthage: roman. Paris, Philippe Rey.

carthage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2016 GROUPE ESC LA ROCHELLE